Ange du mois : Hanaël ; Démon : Moloch ; Arbre : ? ; Fleurs : camélia et mimosa ;  "Animal" : le lion ; "Oiseau" : l'hirondelle ; Pierre : la turquoise qui assure le bonheur inaltérable.

Mais le Saint Nicolas catholique avait aussi un passé déroutant. Il était en fait la fusion de deux saints distincts (l’un venant de Myre en Asie Mineure, l’autre de Pinora), les deux n’étant, comme l’Eglise l’admet, rien d’autre que des divinités de l'eau.
Ce saint Nicolas, désormais apocryphe, était vénéré non seulement comme patron des enfants, mais fut aussi au cours de l’histoire le saint patron des Russes qui l’ont adopté il y a près de mille ans, lors de leur conversion au christianisme.
Tout en traversant la Russie en direction du nord, Il franchissait aussi les frontières de la chrétienté pour venir en aide aux Samoyèdes et aux Lapons, peuples éleveurs de rennes et

pêcheurs de l’Arctique. Il est aussi le saint patron des Grecs, des Lorrains, des avocats, des marins, des marchands, des voleurs et des prostituées (on considérait d’une certaine manière ces quatre derniers comme rentrant dans la même catégorie).

Mais en protégeant les bateaux en mer, saint Nicolas protégeait aussi les marchands qui étaient à bord. Suivant cette logique, il devint le saint patron des voyageurs, protégeant leurs biens et leur assurant un voyage en toute sécurité,

Il est enfin le saint patron de tous les gens humbles, des petits enfants, des écoliers et le gardien des jeunes filles.

A la suite de leurs raids en Méditerranée, les Vikings rapportèrent le culte du saint Nicolas chrétien d’Italie en Europe du Nord. Là ils se mirent à construire des églises dédiées à saint Nicolas pour protéger les marins. Quand la flotte de Guillaume le Conquérant fut frappée par une tempête pendant son invasion en Angleterre, il est notoire qu’il invoqua la protection de saint Nicolas.

A cette époque, les offices de l’Église ne mentionnaient saint Nicolas qu’en tant que protecteur des navigateurs. Mais les autorités ecclésiastiques fermèrent les yeux sur la fusion des mythes du Nicolas méditerranéen avec les mythes attachés au dieu germanique païen Wodan et avec les traditions encore plus anciennes du “Grand Esprit” des traditions chamaniques.
 

En reconstruction !

 

 

Alain de Maisonneuve + Olivier Dinant 2001-2002-2003-2004 © www.myrdhin.com