Ange du mois : Hanaël ; Démon : Moloch ; Arbre : ? ; Fleurs : camélia et mimosa ;  "Animal" : le lion ; "Oiseau" : l'hirondelle ; Pierre : la turquoise qui assure le bonheur inaltérable.


En effet, tout comme Wotan, “Saint Nicolas” se déplace dans les airs.
L’un et l’autre sont des voyageurs de grand chemin, parcourant le monde à pied ou à cheval (ou sur un âne) pour s’assurer que règnent l’ordre et la justice et l’on n’a pas manqué,  à propos de sa monture d’évoquer le nom de Sleipnir, le célèbre cheval blanc, à huit pattes (pour aller plus vite), du “Chasseur Sauvage” “Wotan”.

Ils procèdent tous deux ainsi, quand les jours de l’année raccourcissent,

quand l’an nouveau est imminent et que s’annoncent les présages.
Ensemble, ils chevauchent dans la tempête qu’ils sont en pouvoir de calmer ou de provoquer.
Pour finir, ils se sont confondus en une seule et même personne. Par ailleurs, chez les Romains,
Wotan fut souvent assimilé au messager des dieux, Mercure. D’où le nom de Wednesday (mercredi), en anglais, littéralement Woden’s Day, c’est-à-dire jour de Woden consacre aussi à Mercure, d’où Mercredi.

De son côté, commentant une vieille tradition des paysans des Pays-Bas et de Flandre qui, notamment dans la région de Twente, laissaient naguère à Noël, une gerbe de blé dans leurs champs en disant ; “Voor Wode en zijn paard" (Pour 0dm = Woode(n) et son cheval), le poète flamand Guido Gezelle observe : “On abandonna l’ancien dieu 0dm et la compagnie, mais tout ce qu’on lui attribuait et tout ce qu’on faisait en son honneur, à savoir, entre autres, laisser la dernière gerbe pour son cheval, retomba en partie sur saint Nicolas on mit l’évêque à cheval (ou sur baudet), on lui donna un valet noir avec un fouet et un sac de cendres, et on l’appela saint Nicolas”. Ce "Valet Noir",évoqué par Guido Gezelle, n’est pas à négliger.

En reconstruction !

 

 

Alain de Maisonneuve + Olivier Dinant 2001-2002-2003-2004 © www.myrdhin.com